intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez
 
revers de fortune (avec Oz)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

s'adresse au peuple

revers de fortune (avec Oz) Empty
Invité
Mar 30 Mai - 8:24
Revers de Fortune
avec Oz Grierson

Neve n'aime pas Gardner's House. C'est tellement clinquant, tellement méticuleux, qu'on dirait la couverture d'un catalogue. Ce n'est pas forcément une mauvaise chose. D'aucuns diraient même qu'il s'agit là d'une demeure tout à fait conforme au bon goût. Neve, elle, se contentera de dire que c'est surtout pour frimer. Cet étalage de fortune est tristement standard chez les sang-purs. Evidemment. Quelle grande famille des huit habite un taudis ? Aucune. Même la sienne, pourtant réputée monétairement affaiblie, affiche un certain luxe architectural. La pensée l'attriste plus qu'elle ne voudrait l'admettre. Son fief lui manque. Et plus que son fief, ce sont les personnes qui lui manquent.

Un long soupir s'extirpe des poumons alors qu'elle s'enfonce dans le couloir qui mène à la sortie arrière, celle du personnel de maison. Ce n'est pas le moment de se morfondre. Elle n'a pas le temps, pas le droit. Son entretien avec Elliot Gardner s'est bien mieux passé que ce qu'elle avait espéré. Les Gardner, en général, paraissent relativement bienveillants à son égard. Ça lui aura acheté une semaine. Peut-être deux. Neve n'est pas encore fixée sur la stabilité de leur séjour au district huit. Mais elle a bon espoir que ça dure assez longtemps pour que Sloan s'accoutume au moins à l'anglais. L'endroit est d'autant plus propice au bilinguisme que la plupart des Gardner le sont, puisque descendants d'une famille française.

Quoi qu'il en soit, il ne lui reste plus qu'à récupérer son fils dans les cuisines qui bordent la sortie arrière, et à ficher le camp de Gardner's House. Même après une poignée de visites, elle a toujours autant l'impression de ne pas être à sa place, ou dans une certaine mesure, d'être regardée de travers. Et c'est un sentiment inconfortable, voire désagréable. Un sentiment qu'elle endure, certes, pour son fils, mais qu'elle ne préfère pas s'infliger plus que nécessaire.

Au loin, la silhouette de l'enfant se détache dans la lumière. Les sourcils se froncent. Il n'est pas seul. Oz. Evidemment. Entre tous, il fallait que ça soit lui, auquel son fils s'attache. Ce revers de fortune sied bien mal à la McGregor face à celui qui fut autrefois son souffre-douleur. Ça la frappe davantage encore, depuis qu'elle a appris qu'il avait été purifié dans un tournoi du sang.
Malgré tout, Neve tente de garder la tête haute. Le faciès baigne dans une neutralité exemplaire. Il n'y a que les poings qui se serrent discrètement. Cette fuite lui coûte beaucoup trop. Et elle continue de lui coûter, jour après jour.

Plantée à un bon mètre d'écart d'Oz et Sloan, elle ravale un peu de sa fierté pour tenter une approche cordiale. C'est, somme toute, la moindre des choses, compte tenu de leur passif, du lieu, et de leurs nouveaux statuts respectifs.

« Vous avez l'air de bien vous amuser... »

Elle constate en forçant un sourire qui paraît tout sauf vrai. C'est que sourire chaleureusement (ou à défaut poliment) n'est qu'une option, dans l'éducation McGregor. Une option que Neve n'a pas prise, et qu'elle ne compte pas davantage prendre aujourd'hui.
Son fils, lui, en revanche, a appris à sourire. Un sourire à toute épreuve. Un sourire qui la ferait fondre en n'importe quelles circonstances. Il vient s'agripper au bas de sa taille dans un mamaaaaan sonore. Une main maternelle lui ébouriffe les cheveux avant d'entourer ses petites épaules.

« Tu as été sage, j'espère ? »

La voix paraît quelque peu menaçante, mais c'est juste sa façon de parler. Le gamin hoche la tête contre le flanc. Un bref regard tendre dans sa direction et son attention retourne à Ossian Grierson. Oz. Le silence s'étend désagréablement sans que personne n'ose le briser.

« Merci d'avoir gardé un œil sur lui. »

Elle s'essaye à briser la glace sans qu'elle ne sache trop quoi dire d'autre. Neve n'est ni spontanée, ni sociale ; sauf quand il s'agit de violence ou d'insultes. Sauf quand il s'agit de battre plus faible que soi. La piqûre de rappel lui brûle l'âme. Ils sont bien loin de ce temps là, tous les deux. Chacun a grandi, changé, évolué. Lui dans le meilleur, et elle dans le pire.

Le revers de fortune est définitivement amer.
Revenir en haut Aller en bas
Oz Grierson
Oz Grierson

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 62
silver sickles : 0
avatar : andrew scott.
credits : schizophrenic.
http://bloodtournament.forumactif.com/t575-oz-grierson#6383http://bloodtournament.forumactif.com/t496-oz-what-is-dead-may-never-diehttps://bloodtournament.forumsrpg.com/t334-oz-you-re-where-dream
grade 0

revers de fortune (avec Oz) Empty
grade 0
Mer 31 Mai - 16:55
S’il en avait été question un jour, Oz aurait fait un bon père. Sans doute aurait-il été moins exigeant que le sien mais tout aussi prévenant. Surtout, il trouve aux enfants un supplément d’âme qui lui a toujours donné l’impression de se guigner dans un miroir. À moins qu’on ne l’exige d’eux, ils ne font aucun mal. Ils regardent avec acuité et ignorance, ce qui rend leur jugement plus pur et plus franc que ceux de leurs parents. Or, avant qu’il n’entre à Poudlard, Oz ne souffrait presque pas des autres mômes. Ce sont les années qui dressent ces créatures intactes les unes contre les autres, selon des lois toujours plus arbitraires et des critères toujours plus cruels.

C’est ironique, c’est sûr, qu’Oz se soit attaché l’affection du jeune Sloan quand on sait le ventre qui l’a porté.

À la voix qui se déploie dans la vaste salle, l’homme et l’enfant dressent le crâne. Si le jeune sorcier s’illumine et dégringole du banc sur lequel il était perché, Oz diffère sa réaction. Ce n’est pas la première fois qu’il aperçoit Neve McGregor dans les murs de Gardner’s House mais c’est la première fois qu’ils se rencontrent vraiment. Ils ne s’étaient plus revus depuis des années, et parlés depuis plus longtemps encore. S’ils se sont croisés à l’occasion de réceptions où l’impur flanquait Elliot, leur existence réciproque n’avait pas l’air de les affecter. Il n’y a, néanmoins, plus aucune chance de s’ignorer maintenant, et c’est un peu à dessein que le vainqueur du tournoi de sang s’est attardé dans les cuisines. D’abord, Sloan est un môme admirable, ça ne fait aucun doute. Ensuite, il n’y a plus aucune raison pour qu’Oz Grierson s’esquive face à Neve McGregor.

« Mon père ne voulait pas qu’il reste seul ici, justifie-t-il platement de sa propre présence. » La cuisine n’est, en effet, guère un endroit pour un enfant de cet âge et, si Oz y a lui-même cavalé juché sur le même nombre d’années, il n’avait pas la moitié d’un sang valable. Tout bâtard qu’il soit, le garçon est important et digne de la vigilance des serviteurs de Gardner’s House, conformément aux vœux de leurs seigneurs et maîtres. Du reste, il n’y a pas grand-monde ici à cette heure – à l’exception d’un purifié qui ferait n’importe quoi pour échapper au nouveau relief de son aberrante existence. Il préfère encore ce silence acide, où s’étend un malaise puisé loin dans le passé.

Les pupilles s’attardent sur l’étreinte entre l’enfant et sa mère. Quoi qu’Oz devine ce qu’elle demande, il n’intervient jamais. Il est trop occupé à se demander comment une telle femme – froide, cruelle, et quasi cannibale – a pu engendrer un être aussi lumineux. S’il était un peu plus mesquin, Oz se demanderait plutôt comment Neve McGregor a pu se laisser approcher d’assez près par un sang-mêlé pour en tomber enceinte. Ça ne ressemble pas à l’adolescente qui le persécutait.
Ses interrogations sont gardées sous clef et, d’un geste de la main, il dédaigne vaguement les remerciements auxquels il ne croit pas tellement et qu’elle n’essaie pas de soutenir. « Ça m’a fait plaisir. » Les deux impurs échangent un bref regard de complicité, et c’est d’autant plus dur pour Oz de regagner les billes glacées de sa terrible génitrice. « Il m’a appris un peu de français, fait-il remarquer avec une pointe de désinvolture dans le timbre. » Il lui faudrait probablement cent ans pour capturer les rudiments de la langue et se maintenir à hauteur d’un enfant ; il a eu suffisamment de mal à apprendre son propre idiome pour s’esquinter sur un autre. « J’imagine que je suis vraiment mauvais parce qu’il a ri… Beaucoup. » Un sourire entaille le coin de la bouche. Il oscille entre une lueur amusée et une autre carnassière. Il hésite entre Sloan et Neve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

s'adresse au peuple

revers de fortune (avec Oz) Empty
Invité
Ven 2 Juin - 2:33
Revers de Fortune
avec Oz Grierson

La complicité que partagent Sloan et Oz lui échappe. Oh, elle voit bien les regards espiègles et les affections silencieuses qu'ils échangent. Si elle n'en comprend pas tous les tenants et les aboutissants, Neve préfère autant les ignorer. Les remuer dans l'esprit ne ferait qu'échauder son égo ébréché. Il faut dire qu la McGregor, fière et arrogante qu'elle était (qu'elle est toujours un peu), s'en retrouve, aujourd'hui, fort diminuée. Cette conversation est d'ailleurs le parfait reflet de sa déchéance sociale. Face à Oz Grierson, d'égal à égal, Neve a du mal à ravaler sa sale arrogance naturelle. Et pourtant, les cinq années passées dans le monde moldu l'ont fortement rétamée. A plisser un peu les yeux, on peut même apercevoir quelques centimètres de piédestal, là, sous les pieds de l'impur intronisé. Et sa vieille tortionnaire s'étonne presque de ne pas le voir chercher à se venger. Ou de ne même pas essayer de la piquer avec son nouveau statut, à elle ou à lui, peu importe. Toute la mauvaise foi du monde ne suffit pas à enterrer l'horrible vérité : Ossian Grierson est un homme honnête, voire bon, et elle, une McGregor déchue dans toute son horreur.

Le vernis de politesse qu'ils s'échinent tous les deux à poser sur cet échange commence néanmoins à s'écailler, et la superficialité de la conversation ne fait que recouvrir momentanément le gouffre du malaise. Heureusement, il y a Sloan pour leur servir de catalyseur. Aucun des deux n'a l'air de vouloir hausser le ton, ou effrayer l'enfant. Pas dans l'immédiat. De toute façon, il serait mal venu pour Neve, en tant qu'invitée, de provoquer une scène au sein de Gardner's House. Elle n'est plus cette adolescente teigneuse et condescendante au pouvoir absolu. Et il n'est plus ce simili carpette qui se fondait dans l'ombre des Gardner. Il est Ossian Grierson, et s'il a réussi à vaincre le tournoi du sang, c'est qu'il a de la ressource cachée là, quelque part.

Les mots du purifié la font siffler entre ses dents. L'agacement est palpable, quoique subtile. La main tenaille plus fort l'épaule, et le regard déçu de la mère tombe dans celui de l'enfant.

« C'est toi qui es censé apprendre l'anglais, pas lui, le français... Tu sais que c'est important, Sloan. »

La voix est sèche, mais pas méchante. Ou pas méchante aux yeux du bâtard. C'est qu'il est habitué à ce qu'on lui parle sur ce ton là. Un pardon glisse des lèvres, et la prise est mécaniquement lâchée. Neve soulève l'enfant et le prend contre elle, dans ses bras. La petite tête se pose sur l'épaule et les bras entourent le cou. Elle soupire en se dirigeant vers le banc où était levé Sloan. Il commence à peser son poids.

« Tu as l'air d'être en bonne forme, Grierson... »

Elle s'assoit sur le banc et dépose un baiser sur le haut du crâne. La bouche fait attention à tous les mots qu'elle laisse filtrer. Elle n'est pas certaine que c'est une conversation qu'elle veut avoir là, tout de suite, et pourtant, elle l'entame quand même. Neve préfère percer les abcès et mettre les choses à plat plutôt que de laisser les choses s'infecter. Elle ne peut pas se permettre d'avoir leur champion à dos. Il en va de la prospérité de son séjour chez les Gardner... Ce n'est probablement qu'une précaution de trop, mais c'est aussi un risque en moins. D'autant que Sloan paraît apprécier Oz, tout comme Oz paraît apprécier Sloan. Si il voit en lui quelque chose de spécial, pourquoi ne le peut-elle pas, elle ?

« J'ai entendu dire que tu avais remporté le tournoi du sang. »

Neve ne sait pas trop ce qu'elle espère tirer de ce semblant d'échange cordial, mais elle essaye. Vraiment. Malgré la pointe d'antipathie qui juche le fond de la gorge, malgré l'anormalité de la conversation et de toutes les inflexions. Neve est une McGregor. Le duel et la guerre, c'est à peu près les seules choses auxquelles elle est capable de s'identifier. C'est donc, aussi, à juste titre, les seuls sujets de conversation qu'elle est à peu près capable d'alimenter avec n'importe qui et dans n'importe quelles circonstances.

« Félicitations. Tu as fait du chemin, depuis Poudlard. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

revers de fortune (avec Oz) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
revers de fortune (avec Oz)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» Vient demander à Guillaume de renouer avec Luna
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» demande d' entrevue avec Monseigneur Bushiro
» RP avec une chatte ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum